Accueil/Type/Black Hat SEO : le côté obscur du seo ?

Le SEO Black Hat est une pratique désapprouvée par Google et les autres moteurs de recherche et surtout peu fair-play (*équitable) ! Néanmoins, elle est encore aujourd’hui utilisée car elle améliorerait le classement des pages dans les SERP (résultats de recherche) en déclassant au passage les sites de ses concurrents. Il est toutefois essentiel de réaliser que la mise en œuvre de tactiques et de stratégies de référencement Black Hat peut avoir d’importantes conséquences, pour ses concurrents mais aussi pour son propre site.

Sommaire

black-hat-seo-illustration

Les méthodes et les techniques de Black Hat SEO

Le contenu

Le cloaking

Le cloaking consiste à montrer un contenu différent aux utilisateurs et aux robots. C’est une technique classique de Black Hat utilisée pour cacher aux bots les contenus spammy. Attention, il existe plusieurs formes de cloaking et certaines sont tolérées, comme l’obfuscation de liens ou le changement de contenu en fonction du pays de destination. Google n’a pas établi de règle absolue pour déterminer ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. C’est pourquoi, pour être sûr(e) de vous, nous vous conseillons de vous demander si ce que vous avez l’intention de faire est dans un intérêt UX (expérience utilisateur). Si c’est le cas, alors on peut le considérer comme acceptable.

Utiliser le contenu dupliqué pour du negative SEO

Scraper le contenu de votre site pour le dupliquer constitue un autre moyen pour vos concurrents d’anéantir votre classement. En effet, lorsque Google trouve du contenu qui est dupliqué sur plusieurs sites, il ne choisit généralement qu’une seule version à classer. Dans la plupart des cas, Google est assez intelligent pour identifier le contenu original, mais il peut arriver que l’autorité du domaine prenne le dessus. C’est ainsi qu’Amazon se retrouve souvent devant les sites qui diffusent des annonces sur sa marketplace, avec le même contenu que leurs fiches produits. 

Piller du contenu de valeur

Il est très facile de voler du contenu de qualité chez d’autres sites. Il suffit pour cela de mettre en place quelques scripts et le tour est joué ! Il s’agit pourtant d’une pratique non seulement contraire aux règles du moteur de recherche mais aussi illégale. Le plagiat est en effet sévèrement sanctionné. Cela ne décourage pas pour autant certains SEO Black Hat qui se servent de ces contenus volés pour améliorer leur propre référencement, sans effort ! Vous pouvez utiliser un logiciel de détection de plagiat et déposer plainte si vous constatez qu’un site a repris votre contenu.

black-hat-seo-plagiat

Accumuler des mots clés

Le bourrage de mots clés est une technique ancienne qui a eu son heure de gloire avant les années 2000. Aujourd’hui, les algorithmes sont suffisamment intelligents pour détecter le “keywords stuffing” qu’il sanctionne sévèrement car elle nuit à l’expérience utilisateur. Il est donc conseillé d’écrire comme si vous parliez à quelqu’un, en donnant du sens à vos propos. Bien heureusement, c’est devenu désormais une évidence pour la majorité des éditeurs de sites web.

Générer automatiquement du contenu sans aucun sens

L’automatisation de contenu consiste à utiliser des outils ou des scripts pour générer du contenu et le publier sur votre site sans aucun effort. Le contenu automatisé est écrit sans tenir compte de l’intention de l’internaute. Il n’est pas mis en forme, ne possède pas d’images, etc. En bref, il s’agit de contenu de mauvaise qualité ! A court terme, certains pensent à tort que cette pratique peut servir à alimenter rapidement un site. Mais en réalité, elle vous fera surtout rentrer rapidement dans la blacklist de Google ! Si vous avez besoin de contenu correct rapidement, privilégiez plutôt un outil de content spinning. Il en existe aujourd’hui de très efficaces à condition de bien les maîtriser et de s’en servir avec parcimonie sur des pages peu stratégiques.

Les paramètres techniques

Les redirections trompeuses

La redirection 301 n’est pas une mauvaise pratique en soi. Malheureusement, au fil des ans, elle a commencé à être utilisée comme une technique SEO Black Hat. Les webmasters se sont mis à utiliser des domaines expirés pour conserver leur autorité. Ils redirigent l’ancien site vers leur “money site” et profitent ainsi du jus SEO. Cette technique est plutôt “Grey Hat”, mais il est facile de tomber du côté obscur ! Si le domaine ré-utilisé n’est pas pertinent aux yeux de Google, vous pourriez être sévèrement pénalisés. 

Les noms de domaines à mots clés (EMD)

Les EMD, pour Exact Match Domains, furent longtemps utilisés et favorisés par Google. Ce sont des noms de domaines utilisant exactement les mots clés ciblés du produit ou service que le site propose, comme par exemple : bonbons-a-vendre.fr. Une fois de plus, de nombreux abus ont conduit Google à sanctionner ces pratiques abusives. Désormais, le EMD n’est pas pénalisé, mais il n’est plus favorisé, en particulier si le contenu est pauvre. 

Les pages satellites

Une page satellite est une fausse page générée par un éditeur de site, qui l’utilise pour publier du contenu ultra optimisé voire spammy. Cette page est invisible pour les utilisateurs (elle est généralement redirigée vers le “money site”). Avec les PBN (Private Blogging Network), il s’agit aujourd’hui des principales cibles de Google.

Pirater un site pour améliorer son SEO

Le SEO n’est pas épargné par le hacking. Certains SEO Black Hat ont en effet des connaissances approfondies dans l’intrusion et le piratage des réseaux informatiques. Ils sont même capables de contourner les protocoles de sécurité. La motivation première des hackers est souvent personnelle ou financière. Mais parfois, le hacking vise à voler des données sensibles ou à faire tomber un site concurrent. C’est une pratique bien sûr totalement illégale et passible d’une lourde peine. 

black-hat-seo-cyber-security

Le Hotlink, dérober des images pour booster son SEO

Le hotlinking se produit lorsqu’une page du site A charge des médias hébergés sur le site Y. Le problème avec ce procédé est que chaque fois que la page du site A est chargée, une demande d’image est faite au serveur Y. Cela signifie que Y possède sa propre bande passante consommée sans être réellement visitée. “Hotlinker” dans un but Black Hat revient donc à rassembler les images les plus importantes d’un concurrent dans le but de consommer de la bande passante, de déclencher un problème de dépassement de la bande passante ou de le ralentir.

Cybersquattage et typosquattage

Cette méthode de détournement est basée sur une erreur typographique volontaire, destinée à créer des domaines qui ressemblent à des marques connues. Cette erreur provient généralement d’une faute d’orthographe courante, une orthographe étrangère inaperçue, etc. La raison première de cette pratique est de profiter du nom de la marque et de sa notoriété. Toutefois, elle n’est pas sans risque. Non seulement vous pouvez faire sonner les radars de Google, mais en plus vous mettez en péril la réputation de votre marque.

Les liens

Services automatisés de génération de liens

Générer des liens par centaine en quelques minutes est techniquement faisable et à la portée de toute personne équipée d’un logiciel d’automatisation. Si certains référenceurs utilisent encore cette méthode pour des secteurs de niche, elle ne démontre pourtant que peu d’efficacité et s’avère même dangereuse. Aujourd’hui, Google fait la chasse aux liens factices plus que jamais, nous vous conseillons donc toujours de privilégier la qualité à la quantité de liens.

Intégrer des liens sans cohérence/ pas contextualisés dans des articles

Il fût un temps, à la grande époque du SEO “facile”, il suffisait d’intégrer un lien sur une page pour que celui-ci transmette du jus à la page de destination. C’est une époque révolue. Désormais, les lien intégrés dans des contenus doivent être contextualisés. Si votre article parle de vélo, alors le lien doit avoir un rapport de près ou de loin avec cette thématique. Google sait très bien interpréter le sens des liens et maîtrise de plus en plus la notion de champ sémantique. Une fois de plus privilégiez donc les liens ayant une réelle valeur ajoutée pour l’internaute.

Spammer les commentaires et forums de liens

Le spam dans les commentaires d’article a longtemps fait tourner la tête des webmasters. La technique consiste simplement à déposer un faux commentaire sur un article, en mettant un lien vers son site. Habituellement, ce type de technique utilise des liens qui mènent à la page d’accueil. Commenter juste pour obtenir un grand nombre de backlinks facilement est aujourd’hui considéré comme une technique Black Hat. Si vous possédez un blog et que vous avez reçu ce genre de commentaires spammy, vous pouvez les supprimer dès que vous les avez reçus ou simplement marquer les commentaires entrants comme étant en attente d’approbation. Cela vous évitera de polluer votre site avec des liens qui pourraient vous pénaliser s’ils proviennent de sites toxiques.

black-hat-seo-spamming

Faire des backlinks “toxiques” vers son concurrent

Reprenez toutes les mauvaises pratiques que l’on vient de citer ci-dessus et vous aurez la définition de “backlinks toxiques” ! Peu fair-play, cette méthode a heureusement du mal à être réellement efficace. Google arrive de mieux en mieux à déceler ces liens toxiques et permet même de les “rejeter”, via l’outil de désaveu de liens disponible sur la Google Search Console. Mettre en place des backlinks toxiques nécessite du temps. Consacrez-le plutôt à l’optimisation de votre site, ce sera une opération bien plus rentable et pérenne.

Echange de liens de manière excessive

“Je te fais un lien, tu me fais un lien”, telle était la technique incontournable il y a quelques années. Aujourd’hui, les échanges de liens croisés sont clairement ignorés voire sanctionnés par les moteurs de recherche ; rien d’étonnant au vu de la facilité à laquelle il est possible de les repérer !

Black Hat SEO vs White Hat SEO

En SEO, deux écoles s’affrontent, les White Hat qui suivent les recommandations de Google et privilégient des techniques d’optimisation propres ; et les Black Hat, les rebels du SEO qui outrepassent les règles de Google. La question est donc : que privilégier ? En matière de référencement naturel, personne ne détient la vérité, pas même les principaux acteurs qui siègent chez Google ! Mais une chose est sûre, les algorithmes évoluent à une vitesse effrénée et même s’il est parfois possible d’anticiper les futures modifications, Google a aussi déjà démontré qu’il est capable de taper là où on ne s’y attendait pas.

black-hat-vs-white-hat-seo

Que font les moteurs de recherche pour lutter contre cette pratique ?

Les pénalités et sanctions envers les fautifs

Ces pratiques Black Hat sont contraires aux conditions d’utilisation du moteur de recherche et peuvent entraîner l’exclusion du site du moteur de recherche et des sites affiliés. Pour éviter une pénalité, vous devez toujours vous poser la question suivante :

« Est-ce que mon travail apporte une réelle plus-value pour l’internaute ou vise t-il simplement à rentrer dans les bonnes grâces des robots ?”

Si votre site n’apporte aucune valeur ajoutée à l’utilisateur, mais que vos positionnements sont susceptibles de s’améliorer, c’est que vous flirtez dangereusement avec le Black Hat !

Google peut déclencher des pénalités algorithmiques ou manuelles. Dans le premier cas, vous pourrez vous en sortir en rentrant à nouveau dans les rangs : désoptimisation, nettoyage de liens … Dans le cas d’une pénalité manuelle, vous devrez redoubler d’efforts pour montrer que vous avez stoppé vos techniques Black Hat.

Conclusion

En guise de conclusion, nous pouvons reprendre la citation de Matt Cutts, qui dit que « l’objectif n’est pas de faire paraître vos liens naturels ; l’objectif est que vos liens soient naturels ».

Chez SmartKeyword, nous nous opposons fermement à ces pratiques qui sont déloyales mais aussi et surtout dangereuses. Tôt ou tard, vous pouvez perdre en quelques jours vos positionnements et votre trafic, nuire à votre réputation, perdre votre crédibilité et vos clients, ou pire, faire face à une poursuite en justice.

Nous sommes convaincus que ce que Google n’arrive pas à détecter aujourd’hui, il saura le faire demain. Nous voyons aussi les choses sous un tout autre aspect. Google n’est pas notre ennemi, son but ultime (en référencement naturel), est de proposer les contenus les plus pertinents possibles. En tant qu’internaute, nous devrions être reconnaissant de tout le travail des ingénieurs de Google qui nous ont permis d’accéder à une source d’informations inépuisable, sur des sites de qualité.

   Article rédigé par Louis Chevant

Complétez votre lecture

Le guide de l’audit technique SEO

Méthode pas à pas pour réaliser un audit technique de votre site.

Télécharger gratuitement